Maison

Entretenir soi-même sa VMC : les essentiels à savoir

Entretenir soi-même sa VMC

La VMC ou Ventilation Mécanique Contrôlée nécessite un entretien régulier pour offrir des performances optimales. Au fil du temps, elle s’encrasse et perd ainsi de son efficacité si l’on ne prend pas les choses en main de manière plus ponctuelle. Pour de petits nettoyages, vous pouvez très bien vous passer des services d’un professionnel en procédant comme suit.

Un entretien facile

Le fait que la VMC soit notre meilleure alliée dans la lutte contre la pollution de l’air intérieur lui vaut une attention particulière. Un mauvais entretien peut avoir des effets néfastes sur la santé des résidents, ainsi que des gènes dans l’habitat. Des problèmes d’humidité, d’air pollué, ou encore de moisissures sont vite relevés en cas d’appareil obsolète.

Selon les conseils prodigués sur le site https://vmc-vandamme.be/, l’entretien d’une VMC doit être réalisé au moins une fois par an, de préférence durant le printemps. Cette période est l’idéale puisque l’utilisation de l’appareil est intensive en hiver en raison du manque d’aération et de chauffage. Par conséquent, la saison qui suit le grand froid est l’idéal pour faire un nettoyage en profondeur. Pour ce faire vous pouvez procéder de la sorte :

  • Coupez le courant avant d’entamer le grand ménage
  • Démontez les bouches d’aération, en l’occurrence, ce sont les éléments les plus sollicités de cet appareil, ce qui le rend plus sale que les autres.
  • Équipez-vous d’un aspirateur pour retirer la poussière sur les bouches d’aérations, puis faites-les tremper dans de l’eau chaude mélangée à u dégraissant.
  • Faites de même avec le ventilateur et les filtres.
  • Compléter votre nettoyage en dépoussiérant l’intérieur des tuyaux.

Un nettoyage sur mesure

Bien qu’au minimum, l’ensemble de la VMC doit-être nettoyé une fois par an, il est recommandé de dépoussiérer les filtres d’aération pour les VMC double flux, tous les 3 à 5 mois. Dans cette optique, l’installation sera plus saine, et vous profiterez davantage de ses bienfaits sur le long terme.

Différents types de VMC dont les éléments sont faits avec divers matériaux sont vendus sur le marché, afin de satisfaire la clientèle. Si votre modèle présente de bouches d’aération hygroréglables, évitez à tout prix de les mouiller. Nettoyez-le délicatement avec un chiffon humide à la place.

Les bons réflexes à avoir au quotidien

Malgré les entretiens réguliers, le bon fonctionnement de votre VMC passe également par le respect de quelques consignes simples, à savoir :

  • Ne jamais éteindre son VMC : Cet appareil, une fois posée doit fonctionner en permanence afin d’éviter les risques de formation de condensation dans les conduits d’extraction. Les problèmes liés à l’humidité dans les espaces de vie sont aussi à ne pas écarter en cas de cessation d’activité de votre système de ventilation.
  • Etre attentif au son de l’appareil : Souvent, c’est le bruit infernal que fait le système qui nous pousse à l’éteindre. Toutefois, sachez que le niveau sonore est en général le signe d’un dysfonctionnement ou un mauvais réglage.
  • Veiller à ce que l’air circule librement dans votre logement : Les entrées d’air ne doivent pas être obstruées, et les portes détalonnées respectant les normes imposées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.